• Après quasiment une année de disponibilité, voilà le bilan.

    mon métier me manque terriblement - si si même les terreurs - et je ne parle même pas du côté financier désastreux.

    Les résultats des permutations sont pour le 11 - je reste plus que pessimiste quant à mes chances d'obtenir 1 de mes voeux ; ensuite me restera l'espoir des Exeat/Ineat.

    Si rien ne fonctionne, j'ai demandé ma réintégration après disponibilité. Pas trop le choix, même si la séparation avec a famille m'angoisse terriblement ; mais on n'en est pas encore là.

    Du coup je me remets à lire les programmes, les nouveautés pédagogiques....

    Je cous tiens au courant de la suite des événements.

    Bonnes vacances à tous ceux qui y sont Et bon courage à tous ceux qui, comme moi, attendent


    votre commentaire

  • 1 commentaire
  • Jre copie-colle un article de Charivari, parce qu'il faut en parler le plus possible ; je suis outrée

    Et sachez O grand journal sans égal et surtout sans rival, qu'avant vous, il y eut le mariage de Figaro, un chaton dans Pinocchio et bien d'autres messieurs et dames Figaro qui auront toujours plus de classe et de respect pour les autres que vous.

     

    J'ai une bonne copine-collègue internaute qui tient son blog, comme moi, pour partager des ressources pour les profs des écoles. Elle enseigne en cycle II. Son blog n'est pas encore bien gros (il a un an, et une cinquantaine de visiteurs par jour en moyenne sur l'année écoulée).

    Il se trouve que son nom de famille, c'est Figaro. Elle s'appelle donc Madame Figaro. Pour de vrai. Ses supérieurs, les élèves, les parents, l'appellent Madame Figaro. Et son blog, c'est "La Classe de Madame Figaro". Jusque là, tout le monde suit.

    Figaro contre Figaro

    Seulement voilà, le groupe de Presse du Figaro a écrit à Mme Figaro : cela ne leur plait pas qu'il y ait un blog qui utilise le nom de leur revue féminine. Alors ils lui demandent de changer de nom de pseudo et de blog : "L'usage non autorisé et répété de MADAME FIGARO constitue une atteinte aux droits de propriété intellectuelle", qu'ils ont dit.

    En gros, elle n'a plus le droit de dire comment elle s'appelle.

    Son blog commence tout juste à avoir un petit peu de notoriété. Ce sont des heures des heures de boulot pour se faire connaitre, et il faut qu'elle le ferme et qu'elle reparte à zéro.

    Ma copine s'est quand même étonnée : la loi protège l'utilisation du "nom patronymique". Oui, même si moi, Charivari, je dépose la marque de lessive "Jean Dupont", je ne pourrai pas aller interdire à tous les Jean Dupont de France d'aller dire leur nom sur internet. Sans blague.

    Elle s'est aussi défendue : elle ne fait aucune utilisation commerciale de ce nom. Et puis le design ou la couleur de son blog n'ont vraiment rien à voir avec l'identité visuelle du groupe de Presse. Sans compter que le titre du blog "La classe de..." signe bien le blog pédagogique... Mais rien n'y a fait : elle vient de recevoir la lettre recommandée d'un avocat du groupe de Presse.

    Si elle allait au procès, elle gagnerait surement. Je suis même sure que le groupe de Presse n'irait pas jusque-là et que le coup de la lettre recommandée de l'avocat est leur dernière cartouche. Mais ma copine-prof va céder, et je la comprends. Forcément. Ce n'est pas avec notre salaire de prof qu'on va s'opposer à un énorme machin de Presse comme le Figaro, hein.

    Dites, messieurs-dame du journal, vous ne saviez pas qu'il y avait des centaines de gens qui s'appellaient Figaro, quand vous avez déposé votre marque ? Ce n'est pas eux qui vous ont volé votre nom, c'est vous qui avez pris le leur.

    Moi je trouve ça dégueulasse que Mme Figaro, la prof, soit obligée de fermer ou renommer son blog... J'ai envie de le dire, et j'ai envie que ça se sache. Faites passer.


    Edit : ça y est, l'adresse http://laclassedemmefigaro.eklablog.com/ ne fonctionne plus. Désormais, pour lire le blog de Madame Figaro, il faut aller là : http://leschantiersdelapprentissage.eklablog.com/.


    votre commentaire
  • Et c'est un vrai marathon ; cette semaine m'a laissée sur les rotules et ce n'est pas terminé.

    Lundi, fin de l'article pour le journal de fin d'année, sur le traitement des eaux usées et notre visite à la station d'épuration. Jeudi, grande animation développement durable, sur les abeilles, les apiculteurs..... Aujourd'hui rencontre élémentaire-collège autour des contes en anglais. Mes loulous de CE2 ont présenté une saynète des 3 petits cochons, qu'ils m'avaient eux-mêmes dicté. Un franc succès, je suis très fière d'eux Nous avons fini pas un goûter anglais préparé par nous, enseignantes débordées.

    Et ce soir avant de rentrer, derniers préparatifs pour la kermesse de demain, mise en place de l'exposition de recycl'art et.... juste envie de me coucher.

    Mais, demain matin stand à tenir et ce week-end livrets à remplir.... euh les vacances c'est bientôt ??????


    1 commentaire
  • Et oui comme bien d'autres enseignants, je me retrouve engluée dans les affres des exeat-ineat et autres mutations.

    Je viens d'apprendre que mon époux était muté dans le 44 dès septembre et là commence un vrai parcours du combattant. Hors de question pour moi de laisser éclater ma famille, donc je compte bien le suivre.

    Mais, car bien évidemment il y a un mais, tout n'est pas si simple. Il faut demander l'autorisation de sortir de mon département - ce qui ne devrait pas être trop compliqué, les enseignants étant en surnombre, parait-il - là où les choses se compliquent c'est pour entrer dans l'autre département lui aussi excédentaire.

    Alors quelle autre solution ? La disponibilité ? Pas emballée. Rester seule loin de mon mari et de mes 3 enfants ? Inacceptable. Pffffff le mois de juin va être trèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèès long.

    Alors si vous connaissez quelqu'un du 44 voulant entrer dans le 76, n'hésitez pas, faites-moi signe. Et hop, 2 heureux d'un seul coup

    Edit du 16 juin : exeat obtenu, sans grande surprise, mais çà fait du bien au moral quand même.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique